Le « Black Friday » en anglais, « vendredi noir », en français, est apparu au début du siècle dernier aux Etats-Unis, avec la crise financière du pays de nombreux commerçants ont dû vendre leur marchandise à bas prix par crainte de récession, l’idée s’est progressivement transformée en

phénomène commercial en Amérique puis s’est étendu au reste du monde. Depuis 2016 en Tunisie on s’y met aussi et c’est un véritable festival :

Des foules comme à l’étranger :

La caractéristique principale de l’évènement c’est bien entendu le chaos qui en résulte et chez nous on ne déroge pas à la règle, vous avez forcément vu aujourd’hui en passant devant Tunisia Mall ou Géant une marrée humaine prête à tout au nom de la consommation, on se serait cru aux États-Unis.

Des promotions assez timides :

En voyant les foules devant les magasins on pourrait croire que les produits sont distribués

gratuitement, pourtant les promotions sont loin d’atteindre des sommets et on a pu voir des 20% et des 40% par-ci par là, nous sommes encore loin des 90% à l’américaine car les marques tunisiennes ont bien compris que le concept en soi, encore tout frais en Tunisie, faisait vendre et qu’ils n’avaient pas besoin de brader leurs prix.

Des appellations personnalisées :

Les tunisiens toujours fidèles à leur recherche de l’originalité customisent l’évènement à leur guise,

et le Black Friday se transforme parfois en white Friday ou encore en pink Friday, une stratégie

intéressante puisqu’elle interpelle et donne envie d’en savoir plus tout en profitant de la notoriété de l’évènement.

Des tunisiens pleins d’humours :

Pendant que certains font tout leur possible pour arriver à s’introduire dans un magasin et

éventuellement acheter quelque chose, d’autres ont bien compris que ce qu’on nous offre en Tunisie n’est définitivement pas un black Friday et ils s’en donnent à cœur joie sur les réseaux sociaux, on a donc pu voir des #winou_el_black_Friday ou encore des

! عالمجهود شكرا

@Oumaya Hafiane

Facebook Comments